DROITS ET DEVOIRS DU BÉNÉVOLE

LES DROITS DU BÉNÉVOLE

Le droit de se sentir valorisé

Que le mandat dure 2 heures ou deux ans, ÊTRE BÉNÉVOLE EST UN ENGAGEMENT SIGNIFICATIF QUE VOUS CHOISISSEZ LIBREMENT DE PRENDRE. En retour, vous avez le droit de sentir que le travail que vous accomplissez fait du sens et fait une différence et que votre temps/contribution sont appréciés. De même, vous avez le droit de sentir QUE L’ORGANISATION UTILISE EFFICACEMENT VOS COMPÉTENCES ET TALENTS (en gardant à l’esprit qu’ils peuvent ne pas toujours avoir la capacité d’accepter/de réaliser certaines de vos idées ou projets proposés).

Le droit de se dépasser, tout en se sentant en sécurité

L’un des avantages du bénévole est que NOUS POUVONS ASSUMER NOTRE LEADERSHIP POUR ENTREPRENDRE DES ACTIONS NOUVELLES OU REMPLIR DES RÔLES PLUS STIMULANTS/COMPLEXES. Cependant, il y a une grande différence entre se sentir décentré ou mal à l’aise et se sentir en danger ou en insécurité. En tant que bénévole, vous avez le droit d’être informé des risques potentiels et de disposer de mesures préventives et de procédures de sécurité.

Le droit de négocier votre rôle de bénévole

Vous vous retrouvez dans une position de bénévole qui ne vous convient tout simplement pas ? Vous avez le droit de parler à votre responsable de volontariat POUR DISCUTER DES MOYENS DE MODIFIER VOTRE RÔLE OU DE PRENDRE EN CHARGE UN AUTRE PROJET. Laissez connaître vos intentions et votre niveau de satisfaction par rapport à l’organisation.

 

Le droit à l’information sur votre rôle ou projet de bénévolat

Que ce soit en lien avec le rôle ou le projet de volontariat lui-même (avec qui vais-je travailler ? comment mes efforts feront-ils une différence ?), VOUS AVEZ LE DROIT DE CONNAÎTRE LE QUOI/QUI/QUAND/COMMENT/POURQUOI DE VOTRE POSITION DE BÉNÉVOLE.

 

Le droit de quitter l’organisme

Dans tous les cas, vous avez le droit de partir. Ce n’est pas une décision qui devrait être prise à la légère, mais si, après avoir parlé et travaillé avec votre responsable, vous vous sentez toujours malheureux, non apprécié ou insatisfait de votre expérience de bénévolat, VOUS AVEZ LE DROIT DE FAIRE AUTRE CHOSE OU DE QUITTER AILLEURS. (Notez bien : si vous partez, il est préférable d’éviter de dénigrer l’organisation dans la communauté. Non seulement votre expérience négative pourrait être propre à vos circonstances, mais critiquer publiquement l’organisation peut nuire à sa réputation et à sa capacité à œuvrer pour sa mission, et peut-être vous faire percevoir négativement par les autres membres de votre communauté.

 

LES DEVOIRS DU BÉNÉVOLE

Le devoir de respecter vos engagements

Il existe un mythe persistant selon lequel les volontaires ne sont pas fiables. Bien sûr, cela n’est pas vrai dans tous les cas, mais il y a suffisamment de bénévoles peu fiables pour renforcer de telles perceptions négatives. Aidez à améliorer la réputation des bénévoles dans le monde entier, EN FAISANT  CE QUE VOUS DITES QUE VOUS FEREZ. « STOP TALKING, START DOING ».  Soyez un bon représentant de l’organisation dans la communauté.

Le devoir de ne pas promettre ce que vous ne pouvez pas tenir

Bien que liée au point 1, celle-ci mérite d’être soulignée, car IL EST FACILE D’EN PROMETTRE INVOLONTAIREMENT TROP LORSQUE L’ON EST MOTIVÉ, NOUVEAU OU EXCITÉ À L’IDÉE DE FAIRE UNE DIFFÉRENCE. Songer tout d’abord à la somme du temps et des efforts qui viendront avec votre engagement ou votre idée. En ne tenant pas votre promesse, vous pouvez potentiellement nuire à la réputation de l’organisation et compromettre sa mission.

Le devoir de communiquer vos besoins

Vous avez l’impression que votre travail n’est pas significatif ? Vous vous ennuyez et êtes prêt pour autre chose ? Parlez à votre responsable. Vous devez leur fournir des détails sur votre insatisfaction et au moins quelques suggestions pour l’améliorer. SI VOUS NE LEUR FAITES PAS SAVOIR QIE VOUS NE VIVEZ PAS L’EXPÉRIENCE SOUHAITÉ, ILS NE PEUVENT TRAVAILLER AVEC VOUS POUR TENTER D’AMÉLIORER LES CHOSES. SOLUTION. N’hésitez pas à leur faire savoir si vous estimez avoir besoin d’outils, de formation ou de soutien supplémentaire. Le bénévole a toujours raison, oui, mais vous devez tout de même assurer vos responsabilités par le fait même.

Le devoir de respecter l’investissement de l’organisation en vous

Un autre mythe persistant sur le volontariat est que les bénévoles sont gratuits. En réalité, les organisations investissent beaucoup de temps et d’énergie pour soutenir le bénévolat. C’est pourquoi IL EST IMPORTANT DE CONNAÎTRE LES ENJEUX DE L’ENGAGEMENT AVANT DE PRENDRE LE POSTE. Une fois que vous êtes dans le rôle, toujours nommer vos insatisfactions si vous n’êtes pas satisfait, plutôt que de partir soudainement.

Le devoir de prendre soin de vous-même

Enfin, mais certainement pas le moindre, VOUS AVEZ LA RESPONSABILITÉ DE NE PAS VOUS SURCHARGER AVEC VOS ENGAGEMENTS, de ne pas vous épuiser ou de ne pas vous causer de tort physique, mental ou émotionnel en assumant des rôles qui ne vous conviennent pas ou pour lesquels vous n’êtes pas préparé. Le « volunteer burnout» est un fléau courant et non-souhaité par quiconque. L’ENTENTE ENTRE LE BÉNÉVOLE ET L’ORGANISATION DOIT ÊTRE CLAIRE, RÉALISTE ET CONNUE POUR QUE LES 2 PARTIES EN TIRENT DES BÉNÉFICES.

 

RÉFÉRENCE: Centre de ressources pour les volontaires -> http://www.idealist.org/info/Volunteer/Rights

 

Pat Pero _ Dig It Trailbuilders _ 2024